AROMATIQUES TROPICALES
Moulin de La Serre   46340 DÉGAGNAC   FRANCE
05.65.41.55.81
Vous avez envie de produire du poivre de Sichuan ? Voici pour vous "Le petit manuel de culture du poivrier de Sichuan pour la production artisanale"
Des données inédites et vérifiées, des chiffres fiables, le fruit de 30 années de culture du poivrier de Sichuan, des photos couleur. Présentation du "PETIT MANUEL DE CULTURE DU POIVRE DE SICHUAN POUR LA PRODUCTION ARTISANALE"

BOLDO - BOLDU - Anglais : Boldina, Baldina - Allemand : Boldoblätter

Nom scientifique : Peumus boldus (Botaniste : Molina). Synonymes : Boldea fragrans, Peumus fragrans,

Famille : Monimiaceae (Monimiacées), la même famille que la laurier-sauce.

Autres variétés : le boldo est le seul représentant du genre Peumus.

Origine : le boldo est endémique des régions tempérées du Chili. Très difficile à multiplier et ayant des exigeances climatiques assez précises, le boldo n'a pratiquement pas quitté sa région d'origine, à part quelques acclimatations en Argentine, Uruguay et Pérou.

Introduction : bien connu des botanistes-voyageurs du 19ème siècle, le boldo n'est pas acclimaté en Europe à cause de ses exigences climatiques et de sa grande difficulté de multiplication. On en trouve un exemplaire planté en 1920 dans le jardin botanique de la Villa Thuret d'Antibes.

Habitat : le boldo pousse dans la zone tempérée du Chili depuis la côte jusqu'à environ 1000 mètres.

Description : le boldo est un arbre persistant qui atteint de quinze à trente mètres de hauteur.

Feuillage : les feuilles persistantes du boldo sont très caractéristiques : coriaces, cassantes, rugueuses. La face supérieure vert foncée est couverte de nodosités et de poils, la face inférieure est plus claire. Toute la feuille dégage une odeur aromatique puissante; même les feuilles mortes accumulées au pied sentent encore bon plusieurs mois après leur chute.

Floraison : le boldo est dioïque; groupées en bouquets, les fleurs sont blanches à coeur jaune.

Fruits : les fruits du boldo sont des drupes grosses commes des gros noyaux d'olive. Au 19ème siècle Désiré BOIS, à propos du boldo disait : "la drupe du boldo, sucrée et aromatique, de la grosseur d'une azerole est comestible".

Récolte : la récolte des feuilles s'effectue toute l'année, mais il est préférable de se limiter à la période de pousse (mai à octobre) pour assurer le renouvellement des rameaux prélevés. Le boldo pousse lentement, il est important de ne prélever des feuilles que sur des sujets adultes d'au moins 2 mètres de haut, très bien ramifiés.

Utilisations :Pour toute utilisation autre que décorative, vous devez consulter un médecin. Fraîche ou sèche, la feuille de boldo a un goût fortement aromatique. Selon les personnes, on sentira en premier la note camphrée, ou la mentholée, d'autres détecteront le citron ou l'eucalyptus; pour ma part, je retiens la note ronde et chaude de l'artichaut. Ces parfums restent dans l'arrière-bouche assez longtemps, procurant une sensation agréable. Jusqu'ici, on ignorait en Europe l'utilisation culinaire du boldo, utilisé par les indigènes du Chili. Le parfum du boldo est très très proche de celui de l'epazote, utilisée en cuisine mexicaine; ils l'utilisent dans la "carne de pato con frijoles refritos", en gros, du confit de canard avec des haricots noirs (ou rouges) recuits dans la graisse du susdit canard. On assaisonne en fin de cuisson les haricots avec l'epazote ou le boldo.

L’utilisation du boldo devrait être évitée pendant les périodes de grossesse et d’allaitement. Le boldo est contre-indiqué en cas d’obstruction des voies biliaires et de maladies hépatiques sévères. Un avis médical est recommandé dans le cas de calculs biliaire. L’utilisation chez les enfants, adolescents et chez la femme enceinte et allaitante n’est pas recommandée. RAINTREE déconseille la consommation du boldo en cas de grossesse et de problèmes liés à la fluidité du sang. et recommande de ne pas dépasser 4 g par jour. En France, les feuilles de boldo sont considérées comme une plante médicinale et à ce titre ne peuvent être vendues que par des pharmaciens.

Nature du terrain : les terres acides graveleuses bien drainées conviennent pour la culture du boldo. Pour notre propre culture, nous avons changé notre mélange habituel au profit d'un mélange plus sableux : pour 70 litres de terreau horticole, 2 seaux de 10 litres de sable non argileux.

Exposition : même si la flore du Chili mentionne des stations de boldo en situation semi-ombragée, la prédilection du boldo est le plein soleil.

Besoins en eau : tous les textes mentionnent des besoins en eau régulièrement répartis dans le temps et équivalents à 700 mm par an. Pour notre part, nous assurons à nos plants de boldo des arrosages quasi quotidiens, sans les noyer, la motte restant toujours humide. Il semble que les sujets du sud-est de la France plantés en pleine terre supportent des sécheresses prolongées; mais, plantés en 1920, ils ont eu le temps d'installer leur racines très profondément. Il semblerait donc que la plante supporte très bien la sécheresse, ce qui correspond à son feuillage coriace, caractéristique des plantes de climat sec.

Résistance au froid-Rusticité : selon les auteurs, les températures supportées par le boldo pourraient atteindre -8° à -10°. Pour notre part, nous n'avons jamais osé dépasser les -4°, température sans la moindre conséquence pour la plante.

Fertilisation : le boldo est peu exigeant pour les éléments nutritifs. Pour savoir si une fertilisation abondante pouvait accélérer la pousse, nous avons effectué des essais qui n'ont rien donné de probant, la plante ne répond pas à une fertilisation forte. Au rempotage nous ajoutons au terreau de l'engrais à libération lente 11.11.18 + oligoéléments, sous-dosé de moitié par rapport aux préconisations du fabricant. Les nouvelles pousses sont souvent d'un vert très clair, pâles. Si cette pâleur persiste trop longtemps, on peut ajouter très modérément du fer soluble antichlorose.

Taille : le jeune plant de boldo a tendance à beaucoup rejeter du pied, il conviendra de supprimer les repousses indésirables en gardant à l'esprit que le boldo pousse lentement et qu'il a besoin de ses feuilles pour métaboliser; donc, taille prudente et modérée les premières années.

Multiplication : c'est l'écueil principal à la diffusion de Peumus boldus. Les graines sont difficiles à trouver, il faut qu'elles soient fraîches et après, il ne faut pas être pressé; en admettant qu'elles germent... Le bouturage est une solution qui a ses adeptes; des adeptes patients et philosophes, le taux de réussite tournant autour de quelques %, après 1 ou 2 ans. Voici donc pourquoi on ne trouve pas de plants de boldo sur les marché européen.

Vitesse de croissance : pour compléter le tableau, le boldo pousse lentement. quand un jeune plant pousse de 20 cm dans l'année, il faut s'estimer heureux !

Ennemis : la feuille du boldo est coriace, ce qui décourage les prédateurs. Tout au plus, peut-on observer en serre des cochenilles noires qu'il faudra enlever à la main. Des taches et des marbrures grises peuvent apparaître sur la face interne des feuilles âgées, des marques rouillées peuvent aussi se manifester à l'aisselle des feuilles, face externe. Ce n'est pas à proprement parler le travail des ravageurs, mais plutôt la conséquence de conditions de milieu mal maîtrisées (surtout en hiver avec ses jours courts et le froid qui limite l'aération): trop d'humidité et air stagnant qui favorisent ces attaques de champignons. Il ne faut pas chercher à traiter, mais à modifier l'ambiance : aération, arrosage au pied et pas sur les feuilles. On enlève ces feuilles à la main, sans autre conséquence pour la plante.

Attention, photos et textes protégés, toujours demander une autorisation pour les utiliser !